Implants dentaires : contre-indications

Votre dentiste, spécialiste en implant à Paris 18, vient de vous parler d’implants dentaires. Il vous a expliqué que si l’indication est bien posée, vous avez 95% de chances de réussite thérapeutique.
Le problème est que depuis votre plus tendre enfance, la statistique semble s’acharner sur vous. Huit parts dans un gâteau pour neuf écoliers; tirage au sort; c’est vous qui n’avez pas mangé de tarte aux pommes...
Vous achetez votre ticket d’avion comme tout le monde; la compagnie aérienne a surbooké les vols ; c’est vous qui ferez un vol direct, moyennant deux escales...
Une seule chaise mal en point chez vos amis qui reçoivent quarante invités; vous voilà par terre !
En urgence, vous aviez besoin d’une transfusion sanguine; vous ne connaissiez pas votre groupe. O rhésus négatif ! Donneur universel mais receveur exclusif des O négatif ! Vous avez failli y passer.
Vous pourriez multiplier les exemples.


Alors, dès que vous apprenez qu’il existe 5% d’échecs, vous vous dites: “je serai de la brouette”. Si vraiment telle est la situation, vous avez raison de vous méfier des implants. Pour tous les autres, lorsqu’une indication valable a été posée et que les contre-indications ont été évitées, inutile de tergiverser. Foncez !


Parmi les contre-indications, il faut distinguer les locales, en rapport avec le lieu où doit être placé l’implant, et les générales liées à votre état de santé. Ce sont ces dernières qui attireront notre attention dans cette causerie.
Là encore, il faut savoir que les contre-indications absolues aux implants sont rarissimes: irradiations de la zone d’implants suite à une lésion cancéreuse et allergie vraie prouvée au matériau implanté (le titane en l’occurrence). Vous pouvez le constater: les déshérités réels de l’implantologie ne se bousculent pas au portillon !